Gros bras ou œdème lymphatique

 

Ce problème me concerne uniquement si on m’a enlevé des ganglions de l’aisselle.

 

Mon bras enfle, que se passe-t-il ?

 

La lymphe du bras (liquide jaunâtre) est évacuée par les ganglions de l’aisselle. Si ces ganglions sont enlevés, la lymphe s’accumule parfois dans le bras. Quand c’est le cas, on le remarque tout de suite : la main ou le bras gonfle du côté opéré. Il faut agir aux premiers symptômes du gonflement.

 

Que faire ?

 

Contacter immédiatement le médecin qui m’a opérée. Il me prescrira une cure de choc de physiothérapie pour dégonfler le bras. Tout est remboursé par l’assurance maladie.

 

cancer sein suisseAttention, ce n’est pas un simple drainage lymphatique. Il faut absolument s’adresser à un physio spécialisé dans le traitement du gros bras. Fuir les thérapeutes qui utilisent une machine ou proposent une seule séance par semaine : c’est insuffisant pour guérir un gros bras.

 

Traité tôt, le gros bras peut guérir totalement. Sans traitement, le bras peut doubler de volume en quelques mois et devenir un véritable handicap physique. Passé un certain stade, c’est irréversible.

 

Quel est mon risque d’avoir un gros bras ?

 

Si on m’a enlevé des ganglions de l’aisselle, mon risque est de 10 à 20%. Trois facteurs augmentent le risque : le nombre élevé de ganglions retirés, la radiothérapie et l’obésité. Prudence, le gros bras peut apparaître des années après l’opération.

 

Traitement de l’œdème lymphatique

 

Cure de choc

 

Je vais chaque jour chez mon physio jusqu’à ce que le bras dégonfle. Cela dure environ deux semaines. Au programme :

 

Drainage lymphatique manuel : massage doux qui stimule les vaisseaux lymphatiques et déplace la lymphe vers des endroits du corps où le système lymphatique fonctionne mieux.

 

Bandages : Ils sont appliqués autour du bras pour exercer une pression. A garder pendant le reste de la journée et la nuit. Ils sont renouvelés le lendemain.

 

Exercices : Ils servent à améliorer la mobilité des articulations et la force musculaire, ce qui favorise la circulation de la lymphe.

 

Taping : Ces bandages élastiques autocollants diminuent la pression dans la zone enflée et déplacent la lymphe vers des endroits où elle peut être mieux évacuée. Ils sont posés par exemple sur les épaules, où on ne peut pas mettre de bandages. Cette méthode innovante n’est pratiquée que dans certains centres.

 

Soins de la peau : Bien hydrater sa peau pour éviter les crevasses. Bien désinfecter toute coupure ou griffure car la peau est fragilisée par le gonflement, donc elle s’infecte plus facilement. En cas d’infection (rougeur, douleur, chaleur, fièvre) il faut se faire prescrire au plus vite des antibiotiques.

 

Phase d’entretien

 

Elle démarre quand le bras est dégonflé.

 

Bas de compression : Je reçois un bas de compression fabriqué sur mesure, à porter pendant la journée sous mes vêtements. Il est changé tous les six mois et remboursé par la caisse maladie.

 

Bandages : dans certains cas, il faut porter des bandages pendant la nuit, à appliquer moi-même.

 

Piscine : Pas besoin d’être une grande nageuse, la seule pression de l’eau sur le bras facilite la circulation de la lymphe. J’y vais autant que possible, par exemple une heure 3 fois par semaine.

 

Activité douce : Le mouvement (pas trop violent) stimule l’écoulement de la lymphe, par exemple marche, gymnastique douce, vélo, yoga.

 

Soulager le bras : Eviter de rester longtemps le bras ballant. Surélever son bras sur un coussin le plus souvent possible, pour regarder la télé, dormir ou faire la sieste. Cela favorise la circulation de la lymphe.

 

Règles de base pour prévenir l’œdème lymphatique

 

Le plus important est d’éviter toute infection au bras ou à la main : désinfecter la moindre griffure, coupure, blessure. Attention aux petites blessures lors de la manucure et aux crevasses (hydrater sa peau). Si la plaie s’infecte (rougeur, douleur, chaleur, fièvre) il faut se faire prescrire au plus vite des antibiotiques.

 

Inutile d’arrêter de vivre, il suffit de se fier à son bon sens : si le bras commence à enfler parce qu’on a mis un habit trop serré, fait trop d’efforts ou gardé le bras ballant trop longtemps, mieux vaut ne pas renouveler l’expérience. Idem lors de bains chauds et saunas : si le bras enfle, mieux vaut éviter.

 

A faire : Poser son bras sur un coussin en position surélevée. Pratiquer une activité douce, surtout la piscine (la pression de l’eau sur le bras est bénéfique). Acheter un caddy à roulettes pour éviter de porter de lourdes charges. Porter un soutien-gorge à larges bretelles. Surveiller son poids (l’obésité favorise l’apparition du gros bras).

 

A éviter : les prises de sang du côté opéré, les coups de soleil, les piqûres d’insecte, les habits et bijoux serrés.

 

L’œdème lymphatique du thorax

 

La lymphe du thorax étant en partie évacuée par les ganglions de l’aisselle, un gonflement peut aussi se produire dans la poitrine, surtout si on a suivi une radiothérapie ou une ablation du sein. C’est moins handicapant que celui du bras. Son traitement est similaire: drainage lymphatique manuel, taping et piscine.

 

Plus d'infos:

  • AIDMOV association drainage lymphatique

Dans le forum:


@2011-2016 - forum du sein