Aidez-moi à prendre la bonne décision !

Albina

Bonjour, je viens demander un avis éclairé, une aide à une décision difficile à prendre. En 2013, j’ai subi un premier cancer du sein gauche un cancer hormono dépendante, suivi d’une tumorectomie, d’une radiothérapie et d’un traitement hormonal, le Femara (Létrozole). Durant ce traitement, on m’a injecté du Prolia (dénosumab) tous les six mois. En 2016, mon médecin a constaté une calcification des canaux dans le sein droit. Bien qu’un cancer ne soit encore avéré, il me propose d’opérer pour enlever ces tissus à risque. En analysant le prélèvement, il a été découvert fortuitement un triple négatif. Une chimiothérapie, puis une radiothérapie s’en sont suivies. Jusque-là, j’avais bien supporté tous ces traitements mais depuis environ une année, des douleurs musculaires et articulaires intenses , ainsi que des problèmes de vue, que les ophtalmologues ne réussissent pas à cerner, sont apparus. À chaque nouvelle injection de Prolia, après quelques jours la douleur s’intensifiait et devenait quasi insupportable jusqu’à environ deux semaines de l’injection suivante, où la douleur s’atténuait doucement. Il me reste maintenant sept mois pour terminer mes cinq ans de traitement de Femara. En accord avec mon oncologue, j’ai décidé d’arrêter le Prolia, dont les effets secondaires se sont intensifiés au long des années. Je dois faire des prises de sang mensuelles pour vérifier la densité osseuse compte-tenu que l’effet rebond du Prolia, à son arrêt, qui peut causer de nombreuses fractures. Pour palier ce problème, les médecins proposent à choix un traitement d’une année à savoir : soit une prise hebdomadaire de Fosamax (acide alendronique), soit une injection unique d’Aclasta (acide zolédronique)
Pour moi, le choix est difficile sachant que ces deux molécules causent plus ou moins les mêmes symptômes que le Prolia avec d’autres inconvénients encore. Pour éviter la prise de ces médicaments, j’envisage même d’arrêter dès maintenant le Femara et de continuer à vérifier mensuellement la densité osseuse par une prise de sang. Quelle est, selon vous, la bonne attitude à avoir dans ma situation ? Un grand merci pour votre aide !
Dr Gilles Berclaz


Bonjour

Comme vous le dites, on sait depuis peu qu’il existe un effet rebond lors de l’arrêt du prolia. On assiste alors à une reprise accélérée de l’ostéoporose.

Pour éviter cette péjoration rapide, on propose aux patientes un traitement de bisphosphonates durant 1-2 ans.

Il n’existe pas encore d’études permettant de dire quel est le meilleur moyen d’administration et à partir de quand il faut débuter le traitement.

Le fait de stopper le Femara ne va pas améliorer la situation et je vous conseille de le continuer.

Les contrôles sanguins des variations osseuses peuvent aider à déterminer le moment où le traitement doit être débuté mais la fréquence à laquelle ils doivent être effectués n’est pas connue.

Dans l’attente de nouveaux résultats je vous conseillerais donc de prendre un traitement de bisphosphonates.

Meilleures salutations
Dr Gilles Berclaz

Um zu schreiben, müssen Sie sich einlogen!

Sie können alle Mitteilungen im Forum einsehen. Aus E-Mail-Spam-Gründen müssen Sie sich allerdings registrieren, um Fragen zu stellen oder auf eine Frage zu antworten. Ihre E-Mail Adresse dient dazu, Spams zu verhindern. Ihre E-Mail Adresse wird nicht und niemals veröffentlicht, nicht und niemals an Dritte weitergegeben und nicht und niemals zum Versenden von Newsletters oder Werbesendungen benützt. Nur Ihr Pseudonym wird im Forum erscheinen.

@2011-2016 - forum du sein